Browse Category

DIY

Les articles liés au DIY « Do it yourself » ou au faits par moi-même, mes projets, …

Moulage de pneus en silicone

Réplication de la méthode de moulage de Barbatronic (voir vidéo en bas d’article) pour les pneus de mon sumo-robot.

La première tentative d’impression est un l’échec.

Quelques modifications de configuration et on relance sur la nouvelle Prusa Mini.

Quelques morceaux de tiges filetées, des écrous et c’est parti !

Dans une solution d’eau tiède saturée en savon vaisselle, je dépose du silicone transparent de salle de bain dans mon cas. Assurez-vous d’utiliser du silicone et non du mastic.

Dans l’eau, je malaxe le silicone jusqu’à qu’il ne soit plus collant.

Toujours dans l’eau, j’enroule le silicone sur la partie centrale du moule et je le ferme. Je retire le surplus et je sort le moule de l’eau pour séchage.

Une fois bien sec, je démoule, je nettoie la pièce et voilà un pneu parfait pour mon robot Sumo !

Le grip est vraiment bon et il est très très rapide de changer un pneu si nécessaire entre deux combats.

Si vous souhaitez creuser un peu le sujet, je suis tombé sur une autre méthode : https://concretedog.blogspot.com/2020/10/casting-silicon-tyres.html


Source :

Zigbee Big Red Button

Un GROS bouton rouge pour la domotique du hackerspace.

Je pars d’un interrupteur Zigbee IKEA TRÅDFRI que je démonte.

Je soude sur les boutons du fil, me permettant de faire le contact comme lors d’un appui.

Vous avez certainement remarqué les colliers de serrage en plastique. En fait… La pile tient par son boitier plastique, n’ayant pas de place pour le boitier, j’ai dû ruser.

J’ajoute un autre petit bouton sur le côté pour profiter du deuxième bouton de l’interrupteur IKEA.

L’application du gros bouton rouge sera de « fermer » le hackerspace, pouvoir éteindre toutes les alimentations électriques critiques (bench électronique, 3D, laser, …). Le petit bouton sur le coté est là pour « ouvrir » le hackerspace, allumer les éclairages d’ambiance, …

Matrice LED Ping-pong

Ping-Pong LED Frame

Inspiré à la base de l’horloge du Trakk et dans un second temps des vidéos de Bitluni, je me suis lancé dans la réalisation d’un « écran » led avec des balles de ping-pong comme diffuseur.

Liste des courses

J’ai dû seulement compléter ma collection de balles de ping-pong, l’intégralité du projet est basé sur des « chutes » de leds, de bois, …

  • Led : WS2812b « bullet »,
  • Balles de ping-pong (sans nitrocellulose),
  • Panneau de bois (multiplex ou autre),
  • Pistolet à colle chaude + bâtons de colle,
  • Peinture,
  • Alimentation 5V & microcontrôleur.

Fabrication

Je perce chaque balle à 12mm. C’est long…. Très long…

Quelques mesures, un peu de traçage et je perce !

Je ponce et je mets en peinture.

C’est parti, coller les 144 balles. Je sécurise également les leds à l’arrière avec un gros point de colle.

Avant de coller les leds. Je teste rapidement si chacune me donne bien les 3 couleurs.

Toutes les leds sont connectées en série et « ré-alimenté » en 5 V à chaque connexion.

En dernière minute, je décide d’ajouter un bord pour terminer le cadre.

Quelques finitions plus tard pour lui donner un joli look de flight case.

Voilà le résultat. Un autre article devrait suivre avec la programmation de cette matrice de led et les applications que je compte lui donner.

Ce test tourne sous une ESP8266 (Wemos D1), je compte passer à un ESP32 car j’ai quelques problèmes de FPS.

Dohyo

Fabrication d’un Dohyo pour Mini Sumo robot

Principe

Sur une arène circulaire noir avec une bordure blanche (le Dohyo), 2 robots s’affrontent. L’objectif est de faire sortir l’adversaire de l’arène en le laissant sortir ou en le poussant dehors. Le tout se déroule en 2 manches gagnantes.

Le robot est parfaitement autonome, aucun pilote. Il doit démarrer 5 secondes après l’appui sur un bouton. Sa taille ne peu pas dépasser 10x10cm de surface et une masse de 500 grammes.

Ces règles et la fabrication du Dohyo respectent le règlement de Caliban Belgique. Suite à mes recherches, les règles varient un peu d’une association à l’autre. Lancez donc vos propres recherches.

Fabrication de l’arène

L’arène doit faire 77 cm de diamètre et avoir une bordure de 2,5 cm. Elle doit être peinte en noir mat et la bordure en blanc réfléchissant.

Aucun panneau en stock n’était assez grand pour la réalisation du Dohyo. Aucun problème ! J’utilise la technique du chevillé-collé pour m’assurer que le plateau restera le plus uniforme possible sans risque de se disloquer au moindre choc.

Avec un grand rapporteur d’angle, que j’utilise comme compas. Je trace les 77 cm… et ça passe ! N’oubliez jamais : mesurer une fois, couper deux fois… Ou l’inverse.

Je place le guide de ma défonceuse bien au centre et je me lance dans la découpe. Et première surprise, je n’ai aucune fraise capable de passer le panneau de MDF. Retourner le panneau est difficilement envisageable, je risque de ne pas être parfaitement aligné.

Je dégrossis à la scie sauteuse en serrant l’extérieur pour éviter d’attaquer le panneau.

Grâce à la patience de mon père, on termine la découpe à la scie japonaise.

Après une longue séance de ponçage, de la face et du bord, j’imbibe au pinceau le champ avec un mélange de colle blanche (à bois) et d’eau afin d’empêcher le MDF de trop pomper la future peinture.

Primer, ponçage, primer, ponçage.

Et peinture ! Un noir bien mat pour le centre et un blanc « high-gloss » très brillant pour le bord.

J’ai utilisé le papier-collant de masquage « Tesa Courbes » qui fait exactement la taille de la bordure. Pratique pour peindre la partie noire et ensuite la partie blanche.

Et voila le résultat.

J’ai un peu triché… Quelques petites coulures sont sur la partie noire. J’ai fixé ce souci avec un semblant de Sharpie.

Je vous donne en complément le PDF du reglement du concours par Caliban Belgique.